Démarche

Depuis 2006, Morgane Fay s’est engagée dans un apprentissage consciencieux de la calligraphie occidentale. Après avoir acquis de solides bases par le biais de stages auprès de calligraphes renommés, elle poursuit avec enthousiasme son exploration du trait.

Dans un langage contemporain elle dévoile une part de mystère, fruit de l’assimilation des écritures historiques et d’un lâcher-prise, expression de son propre ressenti. En s’émancipant de la lisibilité elle explore le potentiel organique de la lettre et propose des œuvres forgées par le geste. Son vocabulaire calligraphique façonne alors des compositions graphiques insolites, évocations fugaces d’émotions enfouies, paysages abstraits, jeux entre formes et contre-formes. Les lignes s’entremêlent par le biais du velouté de la gouache, de l’encre de Chine lavée, de la javel qui délave le papier noir… Pinceaux, cola-pen ou plumes retranscrivent la mémoire du signe décomposé, réinterprété. Les collages, fragments de pigments ou de papier viennent se fondre dans ses compositions.

Elle travaille également autour de l’éphémère : calligraphies sur givre et calligraphies d’eau, lightpainting… les gestes sont alors captés par une prise de vue. Autant de biais pour exprimer un peu de la fascination qu’exerce sur elle la trace…

Empreintes scripturales

Questionner le processus scriptural,
Induire une métamorphose poétique de la lettre,
Laisser aller l’imprévisible.

Artiste-calligraphe, Morgane Fay propose une approche au-delà des formes scripturales acquises, entre maîtrise et lâcher-prise, un travail qui porte en lui intrinsèquement  la mémoire organique de la lettre.

Par son foisonnant renouveau et la richesse de son histoire, la calligraphie offre de formidables défis autour de l’écrit : alphabets formels ou illisibles, fusion et déstructuration des signes. En dépassant l’identité des alphabets, le vocabulaire calligraphique permet de figurer l’insolite.
La lettre, le signe s’affirment comme prétexte à l’expérimentation d’itinéraires cursifs nouveaux.
Surviennent alors des créations singulières.  Des tracés, des formes autonomes font corps, se déforment, éclatent, jaillissent de la main, la main comme fil narratif d’impressions enfouies, de tensions intérieures, de songes…
Geste nu ou signes élaborés, épuration de la forme ou accumulations frénétiques, dialogue et dualité entre lisible et illisible…
De la plume au pinceau en passant par le cutter ou le dessin de lettre, chaque technique insuffle une énergie particulière au signe.

Investir l’espace avec gourmandise.
Espace de liberté.
Espace de jeu.

Du papier, une toile, un rocher, un mur,  toutes les surfaces  inspirent, provoquent et réagissent.

Ligne de Vie

Vit et travaille à Uzès depuis 2014.

Premiers émerveillements devant les gestes d‘un peintre en lettre qui œuvrait dans la ville et sur le port d’Antibes dans les années 80…
Cette fascination pour les lettres et la typographie s’affirme lors d’une formation de graphiste à Bordeaux et à Paris. 
Un désir d’expression graphique également nourri par l’initiation à diverses techniques artistiques : dessin, modelage, peinture sur soie, photographie…
Après une incursion dans le monde du graphisme, une nouvelle perspective s’impose avec ravissement au printemps 2006 lors d’un stage de calligraphie. 
Enthousiasme et kilomètres de papier ponctués de doutes, de petits hasards et de belles rencontres. Recherches et apprentissages nourris par un souffle nouveau repris auprès de calligraphes toujours généreux.
 Dès lors toutes les disciplines infusent, se mêlent. Un écho aux multiples sonorités de l’écrit.

Presse

Remerciements

Du fond du cœur mille mercis à tous ceux qui m’ont permis lors de stages d’aborder des apprentissages inestimables, de nombreuses remises en questions ainsi qu’un considérable vent de liberté.
Par ordre d’apparition dans mon initiation à la calligraphie je voudrais remercier : Hassan Massoudy, David Lozach, Laurent Pflughaupt, Kitty Sabatier, Jean-Marie Domeizel, Julien Chazal, Christel Llop, Guillaume Le Mélinier, Yves Leterme, Massimo Polello, Denise Lach, David Théry, mais aussi Sophie Verbeek… 

Par ailleurs merci également à François Moissette pour cette belle expérience partagée autour des Hivernales.

Mille mercis : Florian Besset, André Zaradski, mais aussi Adriana Rolland, Christine Biarnès, Françoise L., Anne-Marie M.

Immense gratitude également à tous ceux dont les ouvrages et les œuvres instillent enchantement et tant de savoir.